Une nouvelle saison 2021-2022 pour les 20 ans de la Compagnie Trois six neuf

Après une saison 2020-2021 empêchée pour tout un chacun dans le domaine de la culture, la Compagnie Trois six neuf se réveille lentement de cette longue période de sommeil forcé et recueille une à une les impressions de chacun de ses spectacles toujours en exploitation.

V.W. Une chambre à soi et J’ai été mordue par une presse à gaufrer n’ont guère l’intention de raccrocher ! Virginia Woolf et Colette ont chacune en effet tissé des liens forts avec Dames Patience et Persévérance, le temps semble ne pas avoir prise sur elles, et elles ne se départissent ni de leur enthousiasme ni de leur fraîcheur. Prêtes à retourner sur les planches d’un Théâtre, d’une Médiathèque ou de tout autre lieu qui leur ouvrira ses portes. A bon entendeur…

S’agissant des programmes de contes, la saison 2021-2022 leur offre quelques opportunités de retrouver un public : en décembre à La Philharmonie de Paris / Cité de la Musique pour Les Mille et une fortunes de l’Archipel, au Théâtre l’Atelier Bleu en Bourgogne, en décembre également pour Les Contes du santour, puis au Festival de contes du Mandapa début 2022 pour Arachné la tisseuse rebelle… 

La saison proprement dite démarrera avec un nouveau projet : une Lecture-spectacle, Singulières Communes – sur le fil rouge des Mémoires de Louise Michel qui, avec le soutien du Comité métallos, sera présentée à l’Atelier Bleu en Bourgogne et à la Mairie du XIème à Paris en novembre.

C’est avec beaucoup d’émotion que je reprends les rênes de ce projet porté par l’artiste Marie-Pierre de Porta, qui nous a quittés prématurément en novembre 2020. Pour l’avoir longtemps côtoyée au sein de son groupe Les Comptoirs du Noir, et connaissant son admiration de longue date pour la figure de Louise Michel, cette femme atypique comme elle l’était elle-même – toutes deux animées qui plus est par des causes toujours justes –, j’ai senti la nécessité de voir ce projet, interrompu dans son élan, aboutir, comme Marie-Pierre l’aurait souhaité.   

Une saison presque normale – toute la nuance, et elle est de taille, est dans ce “presque”.

Une saison dont les premières dates coïncideront pour nous avec la fin annoncée des actuelles restrictions drastiques et clivantes en matière d’accueil du public.

Une saison qui nous permettra de renouer avec nos partenaires et avec l’essentiel : l’échange, le partage, les rencontres, la création.

Une saison, nous en formons le vœu, qui ait la riche idée de voir se tisser des liens avec de nouveaux lieux, pourquoi pas atypiques !

Une saison enfin qui ouvre à la Compagnie Trois six neuf, qui fête ses 20 ans, des perspectives inexplorées à l’aube de cette décennie.

2020-2021 – Une nouvelle saison à imaginer…

La dernière représentation de la saison passée a eu lieu le 29 février 2020.
Souhaitons que la prochaine n’ait pas lieu un… 29 février ! Eh oui, il nous faudrait attendre l’année bissextile suivante.

Imaginons plutôt ce temps de suspension jusqu’à une vraie reprise comme celui où Arachné, telle une funambule, continuera de tisser sa toile, toute à son ouvrage et loin de la fureur du monde, avec pour alliées les muses Patience et Persévérance.

Pourquoi Arachné ? Arachné, la tisseuse rebelle, Arachné celle qui défia la grande déesse Athéna, a vu le jour ce 29 février 2020 au Centre Mandapa à Paris, le temps juste de déployer et arrimer ses fils de soie, avant de devoir repousser son envol véritable à une météo culturelle plus favorable pour le spectacle vivant…

La Compagnie Trois…six…neuf reste néanmoins sur le pont.
Avec Arachné la tisseuse rebelle, ses spectacles de contes populaires grecs Les Contes du santour et Les Mille et une fortunes de l’Archipel en compagnie de la musicienne Ourania Lampropoulou, avec ses spectacles de théâtre « seule en scène » J’ai été mordue par une presse à gaufrer d’après Colette et V.W. Une chambre à soi, d’après Virginia Woolf, qui se rêvent tous devant un public de spectateurs et sur les plateaux de Théâtres prêts à les accueillir.

Au plaisir de vous retrouver bientôt, cher public.

La Grèce au Festival Contes d’Hiver du Mandapa

Dans le cadre du Festival contes d’Hiver du Mandapa, la Compagnie Trois six neuf a le plaisir de présenter deux programmes.
Avec le soutien de Phonie-Graphie, association pour la promotion du grec moderne en France.

15 février 2020 à 20 h 
Les Mille et une fortunes de l’Archipel
Nathalie Prokhoris, conteuse
Ourania Lampropoulou, musicienne

Un pari fou, une timbale merveilleuse ou un fiancé au parfum enivrant ravi à sa belle, et voilà chacun jeté sur les flots capricieux de la Mer Egée.
Humour, amour et épices à savourer en musique avec une pincée de langue grecque.

L’exploration du monde oral grec, commencé avec Les Contes du santour, se poursuit à la conquête de nouvelles histoires entre les côtes de Grèce et d’Asie Mineure.
Un répertoire riche et foisonnant qui n’a pas fini d’être visité.

29 février 2020 à 20 h
Arachné, la tisseuse rebelle
Nathalie Prokhoris, conteuse

Arachné, la rebelle au talent fou, défie Athéna en un combat singulier. Sous le regard médusé de la déesse, la tisseuse aux doigts d’or déroule le récit des amours des Dieux.
1er épisode : Persée…

Ce projet est né et a mûri au sein de l’Atelier des Lents/d’Elan de Catherine Zarcate. Il sort aujourd’hui de l’enceinte (!) de la gestation pour voir le jour sous une première forme en devenir, qui accueillera ultérieurement la musicienne multi-instrumentiste Christine Kotschi.

CENTRE MANDAPA
6 rue Wurtz – 75013 Paris
Métro : Glacière (ligne 6) / Bus : 21 (Daviel)  / 62 (Vergniaud / 57 et 67 (Bobillot-Tolbiac)Tarifs :  * 16 €/12 €/8 € pour  Les Mille et une fortunes de l’Archipel
** 14 €/10 €/7 € pour  Arachné la tisseuse rebelle

Les adhérents de Phonie-Graphie bénéficient du tarif réduit sur présentation de leur carte.
Réservation & informations :
01 45 89 99 00 / reservations@centre-mandapa.fr